[FICD] Les outils de gestion de son partenariat et de son projet (bulletin d'information n°28)

La FICD veut contribuer, par l’intermédiaire de ses organisations-membres, à l’élimination des divers phénomènes, d’inégalités socio-économiques, de domination, de violence, de violation des droits de la personne et des peuples, d’uniformisation culturelle, de dégradation de l’environnement et de gaspillage des ressources naturelles, en encourageant les populations concernées à compter sur leurs propres forces. C’est la raison d’être de la fédération, inscrite dans sa Déclaration de principe annexée à ses Statuts dès 1997.


isabelle-boegli

En plus de la sensibilisation du public jurassien aux enjeux du développement, le soutien aux actions de ses organisations-membres est le principal mode d’action que la FICD met en œuvre pour réaliser cet objectif. Celui-ci se traduit par un appui à la gestion de leur association, par la promotion de leur travail, mais surtout par le soutien, aussi bien financier que technique à leurs projets.

Les projets de développement sont souvent le fruit d’un coup de cœur, d’une rencontre, d’une prise de conscience ou d’une envie de s’engager pour un peu plus de justice dans ce monde. Comme le dit Daniele Fino dans son interview, même s’il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste en gestion pour conduire un projet, il y a un certain nombre de principes de base à respecter et quelques outils à maîtriser pour assurer l’efficacité et la durabilité d’un projet de développement.

Bien sûr, c’est avant tout le bon sens qui prime ! Mais très vite, et vous en avez certainement fait l’expérience dans vos projets, les choses se complexifient. C’est là qu’on s’aperçoit qu’une formation et des outils s’avèrent utiles, voire nécessaires. Pourquoi ne pas prendre les devants et les acquérir avant de se lancer dans un projet de développement ?

Face à la générosité et à la volonté de bien faire des bénévoles de ses organisations-membres, à cet élan généreux qui donne des ailes et permet de réaliser de grandes choses avec si peu, la FICD s’est donné pour mission de leur apporter ces éléments qui leur permettront d’acquérir ce professionnalisme dont parle M. Fino, indispensable à la réalisation de projets durables, correspondant aux priorités des communautés concernées et portés par les acteurs locaux.

Une bonne gestion de projet, non content d’assurer les résultats escomptés, profitables aux populations bénéficiaires concernées, assoit la crédibilité de l’ONG vis-à-vis de ses bailleurs, du public, et aussi de ses partenaires sur le terrain.

L’excellent article de Bruce vous donnera un aperçu très complet du cycle du projet et vous donnera assurément l’envie d’aller y voir de plus près dans le manuel «Outils de gestion pour projets de coopération au développement». Il est complété par un bel exemple d’un outil de suivi mis en place par Jura-Afrique avec ses partenaires au Bénin. Enfin, notre ami Bathelémy Sam vous apportera son expertise depuis le Burkina Faso.

Je souhaite vivement que cette édition du bulletin d’information de la FICD donne envie à toutes les personnes engagées dans la coopération de se perfectionner dans le domaine passionnant de la gestion de projets et d’en acquérir les outils. Je formule également le vœu qu’il sensibilise tout un chacun à la complexité de mener un bon projet de développement et aux compétences nécessaires à en assurer la qualité.

Télécharger le bulletin d'information n°28 de la FICD

Isabelle Boegli, Secrétaire générale de la FICD - www.ficd.ch