Mies, une commune exemplaire

Avec près de 17 francs par habitant attribués chaque année à la coopération au développement, Mies arrive largement en tête du classement des communes vaudoises solidaires. La FEDEVACO a tenu mercredi 11 novembre son assemblée générale dans cette commune de Terre Sainte. Une dizaine d’autres communes de La Côte témoignent de cette ouverture sur le monde, comme Arzier-le-Muids, Begnins, Bogis-Bossey, Eysins, Gilly, Gland, Mont-sur-Rolle, Nyon ou Rolle.

"Mies est la seule et unique commune vaudoise à appliquer, à ce jour, le fameux 0,7% de son budget de fonctionnement – hors péréquation financière – à la coopération au développement", relève le président de la faîtière des ONG vaudoises de développement Pierre Zwahlen. Chaque année depuis 2012, la commune alloue une enveloppe financière de 30’000 francs pour soutenir des projets par l’intermédiaire de la Fédération vaudoise de coopération.

Au-delà du montant affecté à la solidarité internationale, c’est ce que l’on fait concrètement avec cet argent qui intéresse les Myarolans. "Avec la FEDEVACO, nous savions que notre contribution serait investie dans des actions qui tiennent la route et qui bénéficient directement aux populations sur le terrain, sans créer de dépendance supplémentaire. Par ailleurs, le fait que les projets soient suivis et évalués régulièrement, et que l’on ait accès à ces rapports a permis de rassurer et de convaincre les autorités communales", confie le Municipal Guy Dériaz. Et pour que le Conseil communal soit lui aussi impliqué dans la sélection des projets, une commission consultative en matière de dons a été mise en place. "Composée de cinq membres élus, elle choisit le ou les projets qu’elle souhaite appuyer, sur la base de critères thématiques ou de priorités géographiques. Il se trouve qu’actuellement la plupart des projets soutenus se situe en Afrique car c’est là que les besoins sont les plus importants", précise l’élu.

Parmi les actions soutenues par la commune, l’accompagnement d’Action de Carême a permis aux petits paysans malgaches de briser le cercle vicieux de l’endettement. "Entre deux récoltes, lorsque la nourriture se raréfie, les paysans étaient souvent contraints de s’endetter pour survivre", témoigne la responsable du projet Valérie Lange. "Nous les avons aidés à se mobiliser et à s’organiser en groupements d’épargne. Chaque membre contribue en fonction de ses possibilités: petite somme d’argent, riz ou manioc". En cinq ans, le nombre de groupements accompagnés par l’œuvre d’entraide catholique est passé de 1300 à plus de 2200, soit près de 25’000 personnes qui ne font plus appel aux usuriers.

Organisation faîtière regroupant plus de 40 associations actives dans la coopération au développement, la FEDEVACO se mobilise depuis plus de 25 ans pour faire vivre des projets liés à l’eau, à l’éducation, aux droits humains ou à la santé. Chaque année, elle tient une assemblée "décentralisée" dans une localité du canton. La Fédération vaudoise de coopération bénéfice également du soutien de l’Etat de Vaud et de la Confédération.