Coopération: le Département des infrastructures s'engage en faveur du Sud

Construction de ponts, aménagement du territoire ou accueil de jour des enfants: autant de domaines de compétences qui concernent la vie quotidienne de chacune et de chacun, en Suisse comme au Vietnam. Sensible au développement durable, la conseillère d'Etat Nuria Gorrite a choisi la Fédération vaudoise de coopération pour soutenir des projets au Sud. La cheffe du Département des infrastructures et des ressources humaines l'a annoncé jeudi à Lausanne lors de la rencontre annuelle des partenaires de la FEDEVACO.

Dans ses domaines de compétences, et en respectant les principes du développement durable, le Département vaudois des infrastructures et des ressources humaines a décidé, lui aussi, d’apporter sa pierre à l’édifice de la solidarité internationale. "Nous sommes fiers d’annoncer, aujourd’hui, le début d’une nouvelle collaboration avec la FEDEVACO pour le soutien à des projets dans le domaine des infrastructures", a indiqué la conseillère d’Etat Nuria Gorrite. "Le choix s’est porté, cette année, sur un projet de réhabilitation d’un pont dans un village situé dans le delta du Mékong au Vietnam", a-t-elle précisé. Un montant annuel de 50'000 francs est inscrit au budget du département. Une convention a été signée pour trois ans. "Après les Départements de la sécurité et de l’environnement et celui de la formation, de la jeunesse et de la culture en 2012, ce sont désormais cinq Départements de l’Etat de Vaud qui nous soutiennent aujourd’hui", s’est réjoui le président de la FEDEVACO Vincent Zodogome. En 2012, la participation de l’Etat de Vaud s’est élevée à près de 1,5 millions de francs (+ 9% par rapport à l’année précédente), soit plus de la moitié des contributions publiques obtenues par la FEDEVACO pour le financement des actions de ses associations membres.

Les communes vaudoises ne sont pas en reste. Pionnière en la matière, Lausanne s’engage pour le développement durable, au Nord comme au Sud. Outre le soutien à des projets proposés par la FEDEVACO, Lausanne anime la Commission "Villes et développement durable" de l’Association internationale des maires francophones (AIMF). "Nous privilégions l’échange d’expériences autour du développement urbain durable. Dans notre travail, nous pouvons compter sur des partenaires en Europe, au Maghreb, en Afrique de l’Ouest et au Québec", a expliqué Denis Décosterd, chef du service Développement de la Ville et communication. "Malgré des contextes forts différents, nous avons découvert de grandes similarités. Notre but est de faire évoluer nos pratiques municipales vers plus de durabilité et de diffuser les savoirs acquis au sein du réseau de l’AIMF qui compte quelque 200 villes de 48 pays", a-t-il relevé.

Le partage des savoirs figure également au cœur du programme stratégique 2013-2016 de la FEDEVACO. "L’expertise accumulée par la FEDEVACO et ses 41 associations membres doit vivre et servir chaque jour à améliorer la qualité des projets sur le terrain", a expliqué Emmanuelle Robert, secrétaire générale de la FEDEVACO. "La laisser dormir dans des tiroirs serait un gaspillage. Notre but est de permettre à nos membres d’échanger leurs savoirs, de confronter leurs réussites et leurs échecs, pour le plus grand bénéfice des populations sur le terrain. Tous, nous visons l’excellence", a-t-elle conclu.

Chaque année, la FEDEVACO tient une rencontre avec ses différents partenaires, dont la Direction du développement et de la coopération (DDC), afin de mener un dialogue de qualité sur les enjeux de la coopération au développement avec les responsables politiques et administratifs fédéraux, cantonaux et communaux.